img haut culte

Chapelle Ste Rita Preolan

30 Décembre 1951 - Bénédiction par Monseigneur PERRIN de la chapelle Ste RITA au préolan


BEUVRY Monseigneur PERRIN a béni la nouvelle chapelle du Préolan et la nouvelle cloche de l’église restaurée de Gorre

Le Préolan avait déjà son école ; depuis dimanche dernier, il a son église, qui achève de lui donner sa physionomie bien particulière dans la petite métropole de Beuvry, qui on le sait a la dimension territoriale de Paris.

TexteSteRita

Placé sous le vocable de Sainte Rita, le nouveau sanctuaire est l’œuvre des habitants du hameau. Il mesure 10 mètres sur 5 et son aspect architectural est des mieux ordonnés.

Des vitraux tamisent agréablement la lumière du jour, et une tribune a été prévue pour le chœur de chant. C’est dire que tous les éléments matériels sont réunis pour le regroupement religieux du hameau.


La bénédiction solennelle a eu lieu dimanche 30 décembre, sous la présidence de S. Ex. Mgr PERRIN évêque d’Arras. Escorté par un peloton motocycliste et de cyclistes, il fit son arrivée vers 11 h 45. Il était accompagné de M. le Vicaire général Lacroix, de M. le Chanoine Demagny, doyen de Beuvry, et fut reçu par M. Louis Duriez 1 er adjoint au maire, entouré de M. Gruson, Conseiller Municipal, de MM. Les abbés Lecornet, vicaire, Bacon et Meurin professeurs à l’Institution St Vaast de Béthune.

M. Leroy-Poirier, doyen de la confrérie des Charitables de Béthune ; les Prévôts François Dutériez de la Confrérie du Haut Beuvry ; Delannoy, du Bas Beuvry ; M Darras, vice-président du Conseil Paroissial ; Delepoulle (fils) président de l’Union Paroissiale et de toutes les œuvres de la Paroisse et une nombreuse assistance se pressaient aux abords de la chapelle.

M. Louis Dutériez, adjoint au maire, adressa au nom de la municipalité, les souhaits de bienvenue à l’évêque du diocèse.

« Adjoint délégué de la ville de Beuvry, pour le hameau du Préolan, je tiens à vous présenter le témoignage de la réfèrente et respectueuse sympathie de cette laborieuse population que vous avez bien voulu honorer de votre présence. Tous les habitants du Préolan sont très touchés, Excellence, de votre visite. Puisse - t-elle être le symbole de la concorde et de l’union qui doivent régner entre tous les Français ».

Monseigneur Perrin bénit la nouvelle chapelle, puis M. Darras, vice-président du Conseil Paroissial, représentant le Président M. Delepoulle père, auquel son grand âge n’a pu permettre d’être présent à cette cérémonie, parla en ces termes :
Monseigneur,

Au nom du Conseil Général de la population de Beuvry et en particulier des habitants du quartier du Préolan, j’ai le grand honneur de vous souhaiter la bienvenue et de vous témoigner notre reconnaissance d’avoir bien voulu accepter de présider à l’inauguration et à la Bénédiction de cette chapelle dédiée à Ste Rita.

Permettez-moi, Monseigneur, de vous dire en quelques mots, 1° ce qu’est le Préolan ; 2° Pourquoi a été construite cette chapelle ? 3° Par qui ? 4° Quelles sont nos espérances ?.

1° Qu’est le Préolan ?

Beuvry qu’on dit être aussi grand que Paris en tant qu’étendue naturellement, son périmètre étant de 30 kilomètres environ comprend près de 1700 ha de bonnes terres sillonnées par près de 40 kms de routes et possède environ 7000 habitants.

Le Hameau du Préolan où nous sommes se situe au sud-est et voisine avec les communes de Cuinchy et d’Annequin. Il comprend 117 foyers, 820 habitants dont 77 enfants dont un bon nombre sont déjà en âge de scolarité.

TextePhoto1952 

A part quelques cultivateurs, 5 ou 6 je crois, et quelques artisans, la grande masse de la population de ce hameau sont des ouvriers dont la majeure partie sont des mineurs ou assimilés. Tous des braves gens, Monseigneur, aimant leurs foyers, leurs petits lopins de terre qu’ils cultivent avec amour et qui pourvu qu’on leur donne le nécessaire pour vivre honorablement avec leurs femmes et leurs enfants, sont les meilleur gens du monde.

A cette population il y a lieu d’ajouter les mariniers de passage qui, pour la plupart sont encore pratiquants et seront heureux de pouvoir, le dimanche, assister à la messe sans devoir trop se déplacer.

2° Pourquoi cette chapelle ?

Si on jette un regard vers l’ouest on aperçoit dans le lointain, à 3 kms de distance l’église paroissiale St Martin ; si on se tourne vers le N.E c’est celle de Gorre que l’on découvre à peu près à la même distance. Cette distance à parcourir, la proximité du canal qu’il faut franchir et longer d’un côté comme de l’autre, font que l’hiver surtout, cela devient un très gros problème pour les familles d’assister à la messe et impossible pour les enfants qui se préparent à faire leur première communion. Le résultat de cet état de choses se traduit inévitablement par un relâchement des pratiques religieuses dans bon nombre de familles. Cela ne signifie pas pour autant qu’on soit hostile à la religion ; on continue à faire baptiser les enfants à leur faire faire leur première communion, on se marie à l’église ; on enterre ses morts religieusement, mais c’est tout. On ne connaît plus le chemin de l’église que pour ces circonstances exceptionnelles ; cependant toutes considérations prises, on est bien obligé de convenir que fatalement ce résultat était inévitable et que pour y remédier un seul moyen était possible : construire une chapelle assez grande où chaque dimanche une messe serait dite et où les enfants pourraient venir au catéchisme et suivre les offices religieux qui leurs sont imposés pour la préparation de leur première communion.

C’est donc chose faite maintenant et il y a lieu de s’en réjouir.

3°Par qui et comment a été

A part quelques cultivateurs, 5 ou 6 je crois, et quelques artisans, la grande masse de la population de ce hameau sont des ouvriers dont la majeure partie sont des mineurs ou assimilés. Tous des braves gens, Monseigneur, aimant leurs foyers, leurs petits lopins de terre qu’ils cultivent avec amour et qui pourvu qu’on leur donne le nécessaire pour vivre honorablement avec leurs femmes et leurs enfants, sont les meilleur gens du monde.

A cette population il y a lieu d’ajouter les mariniers de passage qui, pour la plupart sont encore pratiquants et seront heureux de pouvoir, le dimanche, assister à la messe sans devoir trop se déplacer.

2° Pourquoi cette chapelle ?

Si on jette un regard vers l’ouest on aperçoit dans le lointain, à 3 kms de distance l’église paroissiale St Martin ; si on se tourne vers le N.E c’est celle de Gorre que l’on découvre à peu près à la même distance. Cette distance à parcourir, la proximité du canal qu’il faut franchir et longer d’un côté comme de l’autre, font que l’hiver surtout, cela devient un très gros problème pour les familles d’assister à la messe et impossible pour les enfants qui se préparent à faire leur première communion. Le résultat de cet état de choses se traduit inévitablement par un relâchement des pratiques religieuses dans bon nombre de familles. Cela ne signifie pas pour autant qu’on soit hostile à la religion ; on continue à faire baptiser les enfants à leur faire faire leur première communion, on se marie à l’église ; on enterre ses morts religieusement, mais c’est tout. On ne connaît plus le chemin de l’église que pour ces circonstances exceptionnelles ; cependant toutes considérations prises, on est bien obligé de convenir que fatalement ce résultat était inévitable et que pour y remédier un seul moyen était possible : construire une chapelle assez grande où chaque dimanche une messe serait dite et où les enfants pourraient venir au catéchisme et suivre les offices religieux qui leurs sont imposés pour la préparation de leur première communion.

C’est donc chose faite maintenant et il y a lieu de s’en réjouir.

cette chapelle ?

Le grand et principal artisan est notre Doyen.

Mais alors et c’est la question, seul M. le Doyen pourrait par les temps actuels où tout est hors de prix, où on ne fait pas grand chose avec un million ; comment M. le Doyen a t’il pu réaliser un tel tour de force et en si peu de temps ? Bien sur M ; le Doyen a trouvé tout de suite un groupe d’hommes de bonne volonté pour l’aider à réaliser son projet ; qui pour dessiner des plans, qui pour assurer la direction technique des travaux, manipuler les matériaux etc…mais avant tout il a fallu un gros capital de démarrage. A cette question, sauf M. le Doyen pourrait répondre, mais ce dont on est certain et connaissant sa grande générosité, c’est sa bourse personnelle qui a du subir une importante amputation.

Si l’on ajoute à cela toutes les démarches qu’il a fallu faire pour palier aux difficultés d’approvisionnement, tourner les difficultés de toutes sortes qui surgissaient à chaque pas, on est forcé d’avoir pour lui une grande admiration et une indéfectible reconnaissance. Sa grande modestie dût-elle en souffrir je dois vous dire, Monseigneur, et je suis l’interprète de toute la population de Beuvry, que nous l’aimons déjà beaucoup notre cher Doyen, que nous l’aimerons d’avantage encore et que s’il doit un jour nous quitter, ce sera avec grand regret que nous le verrons partir.

TexteConstruction
 TexteSteRitaActuel

Et maintenant la parole est à vous gens du Préolan. C’est pour vous que cette chapelle a été construite, c’est pour vous tout ce remue-ménage d’aujourd’hui, pour vous que notre vénéré Evêque s’est déplacé malgré ses multiples occupations.

Désormais et c’est un grand devoir pour vous et le principal, vous assisterez nombreux chaque dimanche à la messe, vous y enverrez vos enfants et aussi vous serez généreux. Car tout n’est pas terminé, il faut maintenant finir de régler les notes qui restent à payer et meubler l’intérieur ; on espère que vous aurez à cœur d’avoir une jolie chapelle. Ce faisant ce sera pour vous une façon d’honorer Ste Rita qui bénira vos familles et prouver votre reconnaissance à notre cher Doyen, ainsi qu’à M. le Vicaire dont le dévouement pour desservir un aussi grand pays est chaque jours mis à l’épreuve avec un grand courage et ce qui est appréciable avec toujours la meilleure humeur.

Pour terminer, permettez-moi Monseigneur de vous renouveler nos chaleureux remerciements, de vous exprimer notre profonde et respectueuse affection et de vous souhaiter une bonne, heureuse et sainte année.

M. Vasseur, au nom des bâtisseurs, remis la clef du sanctuaire à Mgr Perrin, qui pénétra dans la chapelle trop petite pour contenir les nombreux fidèles. La grand’messe fut ensuite célébrée, au cours de laquelle, Mgr Perrin tint à répondre aux deux orateurs, MM. Louis Duterriez et Darras, pour les aimables paroles dont il devait être l’objet.

Il félicita toutes les personnes qui avaient participé à la construction de cette nouvelle maison du Bon Dieu et en tira les enseignements.

 

bordure basse

  • Mise à Jour: mercredi 21 février 2018, 23:21:49.
facedebouc0